Stéphanie, piédestal.jpg

contact@dahmane.com   

From Real World to Fantasy Universe….

A few years ago I was Dahmane of Paris, a photographer whose models were inextricably linked to specific locations, which were trapping me.  I was a nude photographer life sentenced to a prison of contingencies within an inflexible reality: each creation was a hard task, each day one more challenge to a shrinking world…

And then, all of a sudden, a tremendous software came out to set me free, to get me out of my anguish; I was finally invited to this freedom table where painters and sculptors were having their seats.  I was proposed what I have been craving for.

Let me introduce Dahmane, the journey man, the underworld pioneer, surfing on oceans of pixels, on waves of colours.  No bounds anymore, no more technical barriers, I’ve become the master of my own visions, offering you a spreading legs cosmonaut floating in space, or a languishing black naiad riding in an aquarium one of the weird mutant species. No drawback to perfection, no sky limit to my imagination.  Colours and shades are becoming allies and versatility is the cornerstone of my explorer mission.

  Il y a quelques années encore, que cela me convienne ou non, mes modèles demeuraient inextricablement liés aux endroits dans lesquels je les avais photographiés, … Mais Dieu merci, ma quête perpétuelle de lieux photogéniques -souvent inaccessibles à la photo de nu- et la désagréable sensation d’être empêtré dans une inflexible réalité, allaient enfin cesser. Soudain, un prodigieux logiciel m’ouvrait de nouvelles perspectives, une liberté comparable à celle dont profitaient ces peintres, ces sculpteurs, que j’enviais tant.

 Désormais, tout devient possible : voici mes amies projetées comme par magie dans les villes les plus populeuses, les plus glaciales ou les plus hostiles à la féminité sans en paraître autrement troublées. Sont-elles transparentes, insensibles ou simplement folles ?… Voilà aussi mes cités idéales, épurées, hypergraphiques, ornées de beautés en tenue légère, parfois mélancoliques, détachées, parfois gaies et provocantes. Qu’elles jouent à la naïade, à l’acrobate, au petit soldat ou à la cosmonaute, il y aura toujours un fragment d’univers à leur goût, composé d’éléments variés que j’imbrique, arrange et détourne à plaisir…

  Prendre un fond et y intégrer une fille nue tout en préservant une certaine vraisemblance propre à la photographie me plonge parfois dans des abîmes d’émerveillement … Plus de fatalité, la réalité devient un matériau malléable ; les décors approximatifs, les figures imposées, les contingences du monde réel n’ont plus cours dans cet espace virtuel généré par d’innombrables pixels que j’agence selon ma fantaisie. Ce qui demeure, c’est la femme, élément essentiel de la composition, alors même que sa transposition dans un lieu où elle ne s’est jamais trouvée éloigne une part de son érotisme.

Grâce à ces nouveaux outils, mon penchant pour le perfectionnisme ne rencontre plus de frein ; la crainte de me répéter se fait moins obsédante et la couleur, modulable à volonté, s’ajoute enfin à ma palette …